Des lustres réalisés à partir de piéces de vélos

L’artiste, Caroline Fontoura Alzaga, imagine et réalise des lustres en recyclant des chaînes, des roues et autres pièces de vieux vélos dans le cadre d’une série qu’elle a appelé Connect.

Lustres réalisés à partir de pièces de vélos 2

Caroline Fontoura Alzaga est une artiste multidisciplinaire, qui exerce depuis un studio de Los Angeles. A l’origine d’une série intitulée Connect, elle imagine et réalise des lustres qui s’inspirent de l’époque victorienne, de la culture du vélo, et de cette art consistant à utiliser des matériaux non artistiques pour en faire des sculptures.

Ces créations, loin d’être dénuées de sens, nous évoquent des notions de lutte des classes, de dynamique du pouvoir, de responsabilité écologique … Il ne fut pas oublier, que dans l’histoire, les lustres traditionnels ont toujours été considérés comme des objets de la bourgeoisie, un signe extérieur de richesse, un cachet d’abondance, d’excès et de puissance.

Mais à travers l’imaginaire de l’artiste le lustre sort de sa condition et devient alors un symbole de recyclage, de l’esprit de récup et  d’une démarche écologique.

Si les créations de Caroline Fontoura Alzaga vous ont séduit, retrouvez les dans sa boutique en ligne sur Etsy.

Plus de détails en images dans la galerie :


Publié le 1 octobre 2012 - Catégorie : Eco Art - Tags : , ,

Articles Similaires

Laisser un commentaire